Séjour dans l’Association « les Enfants d’Awa »

Arrivée le 6 Avril très tard à l’aéroport de Dakar, le dépaysement est complet.

Après une bonne heure d’attente pour le petit tampon, je me dirige vers les tapis roulants pour récupérer mon sac…et quelle n’est pas ma surprise! Il y a un monde fou, autant de gens à côté que sur les tapis…il faut dire que plusieurs vols viennent d’arriver et il n’y a qu’un seul tapis! Beaucoup de sénégalais essaient de proposer ses services pour un peu d’argent mais tout de même, je souhaite juste récupérer mon sac ! Je réussis tant bien que mal à me faufiler et récupère enfin le précieux bagage ! (heureusement que je n’ai pas apporté 3 malles comme tous les sénégalais qui rentrent au pays !).

Je sors de l’aéroport et retrouve mon chauffeur privé (la classe !), Abdou, qu’Awa m’a commandé. Nous en avons pour 2 bonnes heures de route et à cette heure-là, ou je passais la nuit à Dakar, ou je me payais ce luxe ! La route se passe très bien, nous discutons pas mal malgré la fatigue – nous parlerons beaucoup de leurs traditions, dialectes, etc. Malgré la nuit noire, il y a un monde fou qui traine dans les rues, les rues sont sales et tout me paraît vraiment très sec.

Après quelques heures de route et une petite pause, j’arrive à Diofior vers 0h30…Je rencontre enfin Awa qui m’accueille très chaleureusement. Il se fait tard, elle me montre le chambre dans laquelle je vais dormir, nous sommes énormément de volontaires cette semaine, je partagerai donc la chambre avec 4 autres bénévoles. Je m’installe vite dans le lit que je partage avec Clémence pour une nuit réparatrice !

 

Et c’est parti pour 2 semaines complètes chez Awa !

Sur ces 2 semaines, nous serons à peu de choses près une dizaine de bénévoles : Marine, Marie, Pauline, Chris, Maxime, Matthias, Delphine, Emilie, Clémence, Camille et Marie-Laure.

Cela arrive peu qu’ils aient autant de bénévoles d’un seul coup, mais cela n’est pas pour leur déplaire. Awa et Joël mènent parfaitement cette petite troupe afin de faire progresser les enfants.

Durant ces 2 semaines, je serai donc en moyenne-section avec Chris et Camille (en tant que bénévoles) et Fatou et Ndiambal, qui s’occupent à temps plein de la moyenne section.

Nous travaillons, durant ces 2 semaines, sur plusieurs parties : les chiffres (reconnaissance et écriture des chiffres), les lettres (écriture et reconnaissances de lettres) et le vocabulaire. Les enfants ont encore beaucoup de mal à apprendre le vocabulaire français, ils ont surtout beaucoup de mal avec les articles…mais malgré quelques problèmes de concentration, beaucoup d’enfants progressent vite. Il faut sans cesse essayer de trouver des exercices « ludiques » avec les chiffres et les lettres pour garder leur concentration.

La journée est rythmée : arrivée des enfants à pieds ou en charrette en fonction de leur lieu d’habitation, chanson de « bonjour » avec toutes les classes réunies, gym pour les moyens, classe, toilettes, classe et à 13h, tout le monde s’en va ! Le vendredi, ils ont le droit à un goûter : pain et chocolat ; le mercredi, ils mangent le midi à l’école un bon repas préparé par Joël et n’oublions pas la douche !

Le vendredi est une journée un peu plus relax où l’on fait des jeux : balle aux prisonniers (quoiqu’ils n’aient pas bien intégré le concept de devoir se disperser pour pouvoir ne pas être touché !), jeu des pêcheurs et des poissons, mouchoir, etc.

Les enfants sont vraiment adorables et c’est un plaisir de s’occuper d’eux. On sent vraiment qu’ils sont en quête d’affection.

Une fois les enfants partis, et après un bons repas préparé par Joël (qui s’est quelques peu transformé en chef cuistot avec autant de bénévoles à nourrir), nous préparons la classe du lendemain – avec de nouvelles activités manuelles à trouver tous les jours et ensuite c’est repos ou ballades en fonction des envies.

Le soir, nous mangeons tous dans un des « restaurants » de Diofior – choix entre snack (pizza, burgers, …) ou des plats plus typiques que personnellement, j’ai ADORE : mafé, tiéboudienne, yassa poulet ou poisson….un régal !

La vie à Diofior est calme, il n’y a qu’une route traversante et donc peu de circulation. Les routes autour sont en sable et les déplacements se font beaucoup en charrettes. Les courées sont très animées avec beaucoup d’enfants qui jouent et nous appellent les « toubabs ».  C’était vraiment très agréable de découvrir ce village et la vie à la sénégalaise.

Ce séjour chez Awa m’a vraiment plu pour le contact avec les enfants et la vie à Diofior. Joël et Awa ont vraiment créé une école très dynamique et appréciée qui évolue sans cesse ! N’hésitez pas à visiter leur site web et à les aider :

Les Enfants d’Awa